Enfants dyslexiques, on peut en sortir...

Dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, dyscalculie…

Dyslexie et orthopédagogie

Lorsque l’on aborde le sujet des enfants en difficulté, comment ne pas citer la dyslexie et tous les troubles dys associés ou pas : dysorthographie, dyscalculie, dyspraxie … Je pense qu’il est aussi nécessaire de parler des enfants en trouble de l’attention, aussi.

La Trikalogie ne prétend pas « guérir » ces troubles, en revanche la méthodologie employée est conçue pour correspondre à ces besoins particuliers.

Pédagogie positive à chaque instant

La réalisation du stage en individuel permet de mettre en valeur tous les potentiels de ces enfants et leur prouver qu’ils peuvent y arriver.

Quelque soit leur difficulté, ce qui ressort c’est leur sensation qu’ils sont nuls, qu’ils n’y arriveront jamais, que c’est trop tard.

Le but est de leur montrer qu’ils y arrivent, et cela dès le premier jour de stage.

C’est aussi potentialiser leur façon d’apprendre et ce qu’ils sont vraiment.

Orthopédagogie efficace

Beaucoup d’enfants sont sortis du stage en se disant qu’ils n’étaient plus dyslexique.

Comment ne pas citer Alexis, qui après 4 ans d’orthophonie n’avait toujours pas acquis les sons composés et a été capable de les reconnaître, Lucas qui ne voulait pas lire et est repartit en ayant lu son premier livre sans image, Killian qui n’avait jamais su rédiger plus de deux phrases et à écrit une page entière sans faire presque d’erreur, Tom qui attachait les mots et a fini capable de s’auto-corriger.

La Trikalogie permet d’aider dans beaucoup de difficulté pas seulement les « fautes d’orthographe » car aider un enfant qui fait des erreurs ce n’est pas lui donner des cours de grammaire ou lui faire apprendre des mots par cœur qui vont l’aider.”.

On différencie deux types de dyslexie, une qui serait acquise et une autre développementale. On fait souvent un rapprochement entre la dyslexie et la dysorthographie. Si l’un ne va pas sans l’autre dans ce sens là en revanche il y a beaucoup de cas de dysorthographie seule.

La question que nous sommes en droit de nous poser c’est les raisons pour lesquelles la dyslexie touche de plus en plus d’enfants depuis 20 ans. Des facteurs extérieurs doivent être envisagés, augmentation des consommation des écrans, du sucre, méthode globale d’apprentissage, etc.

La réalité c’est que quelque soit la cause ou l’origine de la dyslexie, ce n’est pas un motif qui justifierait que les enfants concernés ne seraient pas en capacité d’apprendre.

“N’oublions pas que Albert Einstein était dyslexique, il est pourtant devenu un des plus grand physicien du siècle.”.

C’est pour cela que pendant le stage de remédiation de Trikalogie nous tenons compte des besoins de l’enfant sans nous centrer sur ses difficultés mais sur tous ces potentiels.

Ce qui coïncide généralement chez ses enfants ce sont des pensées en image et en étoile (ils partent loin dans leur raisonnement), on les considère « pas très intelligents » et pourtant ils ont des réflexions parfois surprenantes, et peuvent donner un résultat mais ne savent pas expliquer pourquoi. Ils ont souvent des difficultés relationnelles avec les autres enfants, et sont souvent très sensibles.

Bien sûr ces remarques sont des généralités, tous les enfants ne sont pas concernés ou ne les possèdent pas toutes.

Ce qui revient en revanche c’est que notre système carré ne correspond pas à ces enfants ronds ! N’étant pas dans la « norme », il est souvent plus facile de leur mettre une étiquette que de chercher une vraie solution.

La dyslexie n’est pas une fatalité…

Pourquoi le système éducatif traditionnel ne fonctionne pas avec la dyslexie

Ce que l’on propose dans le système éducatif :

  • Avs (assistante de vie scolaire)
  • Orthophonie
  • Ergothérapeuthe
  • Pai (plan d’aide individuel)/pap (plan d’aide personnalisé)
  • Ordinateur
  • Tiers temps
  • Hdpa-Mdph (déclaration de handicap)

Que remarque-t-on ?

L’enfant perd le goût de l’école, de la lecture et tout simplement d’apprendre puis il décroche. Les parents sont désespérés, passent leurs soirées à essayer de l’aider. Ces comportements ont de grandes conséquences sur la vie de famille.

Dans beaucoup de cas les enfants passent chez l’orthophoniste et au bout d’environ 2 ans, les progrès s’estompent car les difficultés sont ailleurs. Le professionnel aura fait tout ce qui était en son pouvoir.

Les Avs peuvent s’avérer utiles mais souvent elles font « à la place » de l’enfant, l’ordinateur les coupe de l’écriture alors que c’est essentiel pour construire sa pensée.

Votre enfant ne rentre pas dans la « norme » donc il est handicapé ?

La conséquence pour l’adulte:

Est-il besoin d’imaginer sa difficulté devant un chèque, un courriel, une lettre de motivation ? Il devient de plus en plus dépendant des autres et ne peut aspirer aux emplois qu’il souhaite et peut-être même à la vie dont il rêve.

Faut-il diagnostiquer ?

Mettre un mot sur ce que l’on a, peut s’avérer utile, cependant, lorsque j’en parle avec les parents, je réalise que cela ne les a pas beaucoup fait avancer. Le plus souvent, un soulagement transparait, mais l’enfant, lui, reste en souffrance, s’enfonce de plus en plus dans les abîmes de la différence. Il est parfois très mal considéré par ses professeurs, et surtout il perd totalement confiance en lui.

“La trikalogie, comme pédagogie positive pour accompagner ces supers enfants « ronds », leur donner des outils pour avancer sereinement dans le monde carré et mettre en valeur tous leurs potentiels.”.

L’essentiel pour ces enfants c’est :

  • Apprendre par le jeu
  • Connaître les sons et savoir les écrire
  • Lire à son rythme mais de façon fluide
  • Comprendre ce qu’est la phrase
  • Savoir écrire et s’auto-corriger
  • Savoir construire une phrase ou une explication verbalement et par écrit
  • Savoir apprendre et mémoriser sur le long terme

Une question, une info, un renseignement ? Contactez-moi, j’aurai plaisir à vous répondre !

Share This